Biosynthèse des 3 hormones dans la glande pinéale à partir de la sérotonine, entre 22h et 6h du matin.Biosynthèse des 3 hormones dans la glande pinéale à partir de la sérotonine, entre 22h et 6h du matin.

Chez l’homme, la glande pinéale, ou épiphyse, est une petite glande endocrine, d’environ  8 mm,
située en position médiane à l’arrière de la tranche supérieure du thalamus.

Pendant 8 heures, tout au long de l’année, et dès que l’on se couche, la glande pinéale sécrète simultanément
trois hormones :

MLT

La mélatonine (MLT),
l’hormone neuro-protectrice
,
dont le rôle principal est d’éliminer les radicaux libres oxygénés, destructeurs des neurones et de toutes les cellules vivantes ;

6MH

Le 6-méthoxy-harmalan (6-MH),
l’hormone du jour,

de l’éveil et de la conscience,
qui maintient l’organisme en mode éveil, pendant la période d’activité ;

VLT

et la Valentonine (VLT),
l’hormone de la nuit et du sommeil
,
qui maintient l’organisme en mode sommeil, pendant la période de repos.

Le noyau suprachiasmatique, situé sur le trajet du nerf optique (projection rétino-hypothalamique) est l’horloge biologique de l’organisme. Elle rythme la vie de l’organisme, par tranche de 24 heures, en l’adaptant à son mode de vie et à son environnement, d’après les informations sur la luminosité ambiante perçue par les cellules de la rétine.

Pour une personne qui a l’habitude de se coucher à 22h, le Noyau Suprachiasmatique va déclencher, par voie nerveuse, la sécrétion des 3 hormones par la glande pinéale à partir de 22h.

La sécrétion des 3 hormones par la glande pinéale, entre 22 h et 6 h du matin, est déclenchée par le noyau suprachiasmatique.

Dans la glande pinéale, les biosynthèses consécutives des trois hormones s’effectuent, à partir de la sérotonine, en 3 étapes d’acétylations successives, catalysées par une même enzyme, la N-acétyltransférase (NAT).

Compte tenu de leurs biosynthèses en série, ces trois hormones sont produites et sécrétées, par la glande pinéale, dans les mêmes proportions. Ce qui signifie que toute variation quantitative, en déficit ou en excès, de la sécrétion pinéale, se répercute de la même façon sur les trois hormones. Ce qui a deux conséquences :

– Il faut co-administrer les trois hormones dans toutes les affections neurologiques dues à un hypofonctionnement de la glande pinéale, afin d’éviter un déséquilibre du système Veille-Sommeil, et de maintenir une régulation harmonieuse de l’organisme.

– La mélatonine est un marqueur de la sécrétion des trois hormones ; la mesure de sa concentration dans le plasma sanguin, en milieu de nuit, permet de connaître l’état du système Veille-Sommeil chez les patients.

Au cours des études de sécrétion de mélatonine que nous avons réalisées chez des sujets jeunes et âgés, en bonne santé, nous avons observé une très grande variabilité des sécrétions de mélatonine, avec un facteur 13 entre les sécrétions pinéales extrêmes. Nous ne sommes donc pas égaux, pour ce qui concerne la sécrétion des 3 hormones par la glande pinéale, dont la mélatonine est le marqueur.

 Évolutions des concentrations plasmatiques des 3 hormones pinéales pendant 24 heures

Chez l’homme et tous les mammifères à sommeil nocturne, tels que le chien, les propriétés pharmacocinétiques de la Valentonine et
du 6-méthoxy-harmalan sont parfaitement adaptées au maintien de l’organisme en mode sommeil, entre 22h et 6h du matin, puis en mode éveil entre 6h du matin et 22h. En effet, les concentrations de la Valentonine  dans l’organisme sont supérieures à celles du 6-méthoxy-harmalan pendant le sommeil ; à l’inverse de la période d’activité au cours de laquelle  le 6-méthoxy-harmalan devient prévalent dans l’organisme.

Les trois hormones pinéales protègent notre organisme et contrôlent son fonctionnement.

Le niveau de la vigilance est fixé par le fonctionnement de neurones sérotoninergiques 5-HT2C, dont les corps cellulaires sont localisés dans le tronc cérébral. La transmission de l’influx dans ces neurones est assurée par la sérotonine, agoniste endogène des récepteurs 5-HT2C.

Entre 22h et 6h du matin, pendant sa période de prévalence, la Valentonine  va amplifier la réponse des récepteurs 5-HT2C à la sérotonine, à la suite d’une déformation allostérique spécifique qui les rend plus sensibles à la sérotonine ; ce qui provoque une diminution de la vigilance, qui conduit au sommeil.

L’ état de sommeil, avec perte de conscience, apparaît lorsque la vigilance tombe en dessous d’un certain niveau que l’on peut qualifier de « barrière du sommeil ».

Chez le sujet normal, pendant le repos nocturne, entre 22h et 6h du matin, l’état de sommeil est obtenu si les concentrations de la Valentonine au niveau des récepteurs sérotoninergiques 5-HT2C, sont suffisantes pour maintenir le niveau de vigilance en dessous de la barrière du sommeil.

Chez le sujet déprimé, le stress à l’origine de la dépression élève le niveau de la vigilance. Le système Veille-Sommeil doit être renforcé, pour abaisser le niveau de la vigilance en dessous de la barrière du sommeil.

Les propriétés psychostimulantes du 6-méthoxy-harmalan, comparables à celles du LSD, sont dues à son antagonisme des récepteurs 5-HT2C, qui provoque une augmentation de la vigilance.

Toutes les 24 heures, notre organisme se trouve en alternance, dans 2 états fort différents :

Mode sommeil, entre 22h et 6h du matin

– La mélatonine réduit les radicaux libres oxygénés et protège les neurones, ainsi que toutes les cellules de l’organisme, de leurs actions destructrices. Ces radicaux libres sont produits par la respiration aérobique normale, par laquelle nous fabriquons de l’énergie.

Parmi ces composés oxygénés qui possèdent 1 électron célibataire (), citons : l’anion radicalaire superoxyde O2•-, le radical hydroxyle HO, le radical hydruroperoxyde HO2, les radicaux peroxyde ROO et alkoxyle RO, le monoxyde d’azote NO, et le peroxynitrite ONOO….

Ils sont extrêmement réactifs et entraînent une détérioration progressive des cellules vivantes. Lorsque la sécrétion de la mélatonine est insuffisante, la destruction des neurones par les radicaux libres oxygénés est à l’origine des affections neuro-dégénératives, telles que les maladies de Parkinson et d’Alzheimer.

– La Valentonine, prévalente dans l’organisme au cours de cette période, induit les actions suivantes :

– une réduction de la vigilance, qui conduit au sommeil ;

– une baisse de la pression artérielle et une réduction de la fréquence cardiaque ;

– et un relâchement musculaire.

Ces actions résultent des activations spécifiques de récepteurs sérotoninergiques, noradrénergiques et dopaminergiques.

La Valentonine donne du sommeil physiologique, réparateur pour l’organisme, caractérisé par la prédominance du sommeil lent profond et du sommeil paradoxal nécessaire à la mémoire. Á l’inverse, les benzodiazépines telles que le Diazépam (Valium®), Lorazepam (Témesta®), et les médicaments apparentés tels que le Zolpidem (Stilnox®) ou la Zopiclone (Imovane®), donnent du sommeil anesthésique non réparateur, avec des effets amnésiants dus à l’effondrement du sommeil paradoxal.

Mode éveil, entre 6h du matin et 22h

Dès que la fonction endocrine de la glande pinéale s’interrompt, à 6h du matin, après 8 heures de sécrétion, on assiste, en quelques minutes, à une prévalence des concentrations du 6-méthoxy-harmalan dans l’organisme.   Il y a inversion des actions précédentes avec augmentations :

– de la vigilance qui provoque et maintient l’éveil jusqu’à 22h le soir ;

– de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque ;

– et de la contraction musculaire.

Ces actions résultent des antagonismes spécifiques de récepteurs sérotoninergiques, noradrénergiques et dopaminergiques.

Les dysfonctionnements du système Veille-Sommeil permettent d’expliquer les mécanismes des affections neurologiques.

Les affections neurologiques dues à un déficit de la sécrétion pinéale des trois hormones sont les plus fréquentes.