Tous les somnifères et anxiolytiques, disponibles en pharmacie, sont des « stupéfiants », inefficaces et dangereux
Prs J.B. Fourtillan et H. Joyeux

 

Lettre n° 154 du Pr Henri Joyeux

Jusqu’à la découverte du système veille-sommeil, on ignorait la cause des effets indésirables paradoxaux des benzodiazépines et apparentés. L’inscription au journal officiel du 10 janvier 2017, du Zolpidem (Stilnox et ses génériques), dans la liste des stupéfiants, nous donne l’occasion d’expliquer pourquoi tous ces somnifères et anxiolytiques sont des stupéfiants. Ils ont des effets indésirables rédhibitoires, dits « paradoxaux », car ils s’opposent, dans la réalité, aux effets pour lesquels on les emploie.

Comme nous allons vous l’expliquer, les benzodiazépines et apparentés, sont en réalité des psychostimulants, raison pour laquelle ce sont des stupéfiants.

Avant de lire cette lettre consacrée aux problèmes posés par l’utilisation des benzodiazépines et apparentés dans les traitements des troubles du sommeil et de l’anxiété, nous vous conseillons de visionner la vidéo : « Les troubles du sommeil et leur traitement »,  Prs J.B. Fourtillan et H. Joyeux (You Tube : durée 16 min 25).

Pour lire la suite

Les dépressions expliquées seront mieux traitées, grâce à l’administration transdermique des 2 hormones pinéales de la veille et du sommeil

Lettre n° 150 du Pr Henri Joyeux

Que d’informations dans le minimum de temps, ces derniers mois !

J’imagine combien vous devez être étonnés par tant d’affirmations, suite à la très importante découverte de mon collègue et ami le Pr Jean-Bernard Fourtillan. Elle est, fort heureusement, parfaitement protégée des risques de dérives financières qui exploitent les patients plus qu’elles ne les protègent.

Nous entrons dans une nouvelle logique thérapeutique.

En plus des nombreux patients qui attendent avec impatience les patchs que nous avons promis, beaucoup de médecins déjà m’ont écrit, me posent des questions. Il y a les incrédules, les passionnés qui ont bien compris les perspectives, et ceux qui critiquent sans chercher à comprendre, utilisant des arguments dépassés, par exemple que je suis radié du conseil de lordre des médecins, ce qui est inexact, et que « le Pr J.B. Fourtillan et le Pr H. Joyeux sont retraités et devraient jouer au golf…. ». Cest bien mal nous connaître.

Nous savons bien, déjà, les obstacles qui nous attendent. Nous ne les craignons pas, car ils sont au service du plus grand nombre.

Pour revenir au sujet de cette 150ème  lettre, il faut rappeler que les médecins spécialistes et généralistes français sont les champions du monde des prescriptions d’antidépresseurs. Outre cette prescription excessive, sans doute encouragée par les Laboratoires pharmaceutiques, ils doivent savoir qu’il ne faut jamais, au prétexte de les faire mieux dormir, prescrire de médicaments somnifères et anxiolytiques, c’est à dire de benzodiazépines et apparentés (tels que le Stilnox®), à un patient sous antidépresseur.

Les antidépresseurs et les somnifères sont incompatibles. Ceci est bien précisé dans cette nouvelle lettre. Personne ne s’en étonnera, puisque les autorités de santé viennent de classer, sans d’ailleurs savoir pourquoi, le Zolpidem (Stilnox® et ses génériques), dans la catégorie des stupéfiants. Or tous les stupéfiants sont des médicaments psychostimulants qui, en augmentant la vigilance et l’anxiété, entretiennent et accroissent les dépressions nerveuses.

Avant de lire la lettre qui suit, où jinterviewe Jean-Bernard Fourtillan, je vous conseille de regarder attentivement la vidéo : « Les causes des dépressions nerveuses et leur traitement », Pr J.B. Fourtillan et Pr H. Joyeux (You Tube : durée 13 min 15)

Pour lire la suite

Le sommeil si fréquemment perturbé ! Nous sommes tous concernés.

Lettre n° 147 du Pr Henri Joyeux

Cette lettre sur le sommeil est très attendue. En effet le grand public est passionné par ce sujet qui perturbe tant de nuits de nos contemporains.

Les rythmes de la vie moderne, les nuits blanches, les avenues de nos villes éclairées comme en plein jour, nous ont fait oublier l’importance du repos nocturne. Notre corps est ainsi construit. Il nous le rappelle lorsque nous l’oublions, des insomnies aux hypersomnies, qui s’associent et sont à l’origine de tant de maladies qui affectent des personnes de plus en plus jeunes.

Voilà la lettre qui vous donne toutes les informations sur ces points essentiels découverts à la jonction de XXème et XXIème siècles.

Le Pr Jean-Bernard Fourtillan a découvert l’hormone du sommeil, et, à partir de là, la régulation des états très différents du jour et de la nuit. Il a accepté de répondre à mes questions.

Vous comprendrez ainsi quelle est la glande à l’origine des états de veille et de sommeil, où elle est située, quelles hormones elle fabrique ; mais aussi comment elle agit, et quel est le marqueur plasmatique qui, dosé dans une petite prise de sang, donnera l’indication d’une substitution hormonale par patch qui permet l’absorption transdermique des hormones déficitaires. 

N’hésitez pas à diffuser cette lettre destinée au grand public, désormais capable de comprendre, autant qu’aux savants et experts de la médecine.

Pour en savoir plus

L’incroyable interview de Jean-Bernard Fourtillan par James Parkinson et Aloïs Alzheimer (2ème partie)

Lettre n° 144 du Pr Henri Joyeux

Après la présentation détaillée, par James Parkinson et Aloïs Alzheimer eux mêmes, des maladies qui portent leur nom, voici un deuxième interview fictif mené par James et Aloïs. Ils interrogent le Professeur Jean-Bernard Fourtillan qui a découvert l’hormone du sommeil et la régulation veille-sommeil.

Deuxième interview

Le  Pr Jean-Bernard Fourtillan répond à nouveau à James Parkinson et Aloïs Alzheimer. Il explique comment l’apport des 3 hormones, la Mélatonine (MLT), le 6-Méthoxy-Harmalan (6-MH) et la Valentonine (VLT), peut être efficace quand elles sont insuffisamment sécrétées par la glande pinéale. 

Il faut d’abord, au delà des troubles cliniques du sommeil et des autres symptômes typiques des maladies, mesurer par une simple prise de sang, prélevé à partir de 1 h du matin, soit 3 heures après le coucher, la concentration plasmatique de Mélatonine, marqueur de l’intensité des sécrétions des 3 hormones par la glande pinéale. Le résultat de cette analyse et l’examen clinique du malade, permettront de savoir si un traitement hormonal substitutif doit être mis en œuvre. Il consistera à administrer simultanément, le soir, au coucher, 3 mg de MLT, par voie orale, et un patch transdermique à 2 réservoirs, capable de délivrer, dans l’organisme, 100 microgrammes de 6-MH et 400 microgrammes de VLT.

Les patchs, très attendus du grand public, sont actuellement encours de fabrication. Ils seront à la disposition des malades à partir de l’été 2017.

Pour en savoir plus

L’incroyable interview de Jean-Bernard Fourtillan par James Parkinson et Aloïs Alzheimer (1ère partie)

Lettre n° 142 du Pr Henri Joyeux

Après la présentation détaillée, par James Parkinson et Aloïs Alzheimer eux mêmes, des maladies qui portent leur nom, voici un premier interview fictif mené par James et Aloïs. Ils interrogent le Professeur Jean-Bernard Fourtillan qui a découvert l’hormone du sommeil et la régulation veille-sommeil.

Premier interview

Dans ces deux maladies neuro-dégénératives, on retrouve une même cause qui peut atteindre des zones différentes du cerveau : les sécrétions des 3 hormones pinéales, la Mélatonine, le 6-Méthoxy-Harmalan et la Valentonine sont insuffisantes. Le Pr Jean-Bernard Fourtillan explique de façon détaillée comment agissent les 3 hormones fabriquées par la petite glande pinéale au centre du cerveau, qui se nomme aussi épiphyse. Déversées dans la circulation sanguine pendant la nuit, elles se distribuent dans l’organisme, et gagnent leurs lieux d’action. La Mélatonine protège toutes les cellules, en particulier les cellules nerveuses (neurones), en réduisant les radicaux libres oxygénés, ce qui prévient leur destruction selon des processus d’oxydation radicalaires. Les 2 autres hormones pinéales, la Valentonine (VLT) et le 6-Méthoxy- Harmalan (6-MH) modulent les réponses de récepteurs spécifiques de 2 types :

– des récepteurs des neurotransmetteurs situés sur les synapses, points de jonction entre les neurones. Elles amplifient (VLT) ou réduisent (6-MH) la transmission des influx nerveux dans ces neurones ;

– et des récepteurs hormonaux (récepteurs des libérines ou des stimulines) situés sur les glandes endocrines (hypophyse, …). La VLT diminue les sécrétions hormonales pendant la nuit, à l’inverse du 6-MH, pendant la journée.

Grâce à leurs actions opposées, en mode éveil ou en mode sommeil, la VLT et le 6-MH régulent totalement la vie de notre organisme 24 heures sur 24.  La découverte de ces mécanismes de régulation permet d’expliquer l’efficacité du traitement substitutif apportant les 3 hormones de la régulation veille-sommeil, dans la prévention et le traitement des affections neurologiques.

Pour en savoir plus

L’incroyable lettre de James Parkinson à propos de la découverte de la régulation Veille-Sommeil

Lettre n° 139 du Pr Henri Joyeux

Dans sa lettre à toutes ceux et celles qui sont concernés par la maladie de Parkinson, le Pr Henri Joyeux fait parler le père de la maladie lui même. Comment l’a-t-il découverte et décrite ? Pourquoi porte-t-elle son nom ? Comment se fait-il que les nombreux traitements proposés aux patients, même au début de la maladie, n’aient qu’une faible efficacité, et que l’organisme finisse par y résister ? 

James Parkinson fait état de la découverte en France du Pr Jean-Bernard Fourtillan, professeur de chimie thérapeutique. Elle concerne la régulation du système Veille-Sommeil dont est responsable la glande pinéale ou épiphyse. C’est la dérégulation de ce système qui explique tous les troubles de la maladie, au centre du cerveau, dans les noyaux gris centraux. Des perspectives thérapeutiques incroyables pour des dizaines millions de personnes dans le monde.

Pour en savoir plus

L’incroyable lettre d’Aloïs Alzheimer à propos de la découverte de la régulation Veille-Sommeil

Lettre n° 138 du Pr Henri Joyeux 

Dans sa lettre à toutes celles et ceux qui sont concernés par la maladie d’Alzheimer, le Pr Henri Joyeux fait parler le père de la maladie lui même. Comment l’a-t-il découverte et décrite ? Pourquoi porte-t-elle son nom ? Comment se fait-il que tous les traitements proposés aux patients, même au début de la maladie, n’aient aucune efficacité ? La polémique récente à propos des remboursements est significative : des experts demandent de ne plus rembourser des médicaments inutiles et coûteux et la ministre de la santé veut les maintenir pour conserver l’électorat de personnes âgées.
Aloïs Alzheimer fait état de la découverte en France du Pr Jean-Bernard Fourtillan, professeur de chimie thérapeutique. Elle concerne la régulation du système Veille-Sommeil dont est responsable la glande pinéale ou épiphyse. C’est la dérégulation de ce système qui explique tous les troubles de la maladie. Des perspectives thérapeutiques incroyables pour des dizaines de millions de personnes dans le monde.

Pour en savoir plus

Moi votre glande pinéale ou épiphyse

Lettre n° 136 du Pr Henri Joyeux

Dans cette lettre originale, c’est la glande pinéale elle même qui s’exprime. Elle fait savoir où elle réside, sa forme et ses dimensions. Le plus important est évidemment son rôle et la découverte fondamentale qui fait qu’elle est la source chez l’humain de la régulation Veille-Sommeil.

Vous comprendrez à la fois à quoi sert réellement la Mélatonine, quelle est l’hormone de l’éveil et de la cognition, et surtout celle du sommeil, la Valentonine. Evidemment la découverte a été protégée par des brevets, puis publiée, le 2 décembre 2015, à l’Académie nationale de Pharmacie, devant un parterre de scientifiques. Si petite, son nom glande pinéale fascine depuis des siècles. Hors de la barrière de protection du cerveau nommée ”barrière hémato-encéphalique”, les hormones qu’elle fabrique se distribuent dans tout l’organisme selon ses besoins. Ainsi cette si petite glande est le suprême chef d’orchestre des symphonies hormonales.

Cette découverte a des implications thérapeutiques énormes qui sont en train d’être répertoriées. Elle sera utile pour prévenir et guérir les maladies neuro-dégénératives, Alzheimer et Parkinson en particulier, tant qu’elles n’ont pas créé des lésions définitives, irréversibles.

Pour en savoir plus